Centre Porsche Québec

Porsche Québec adopte de nouvelles mesures sanitaires avec la mise en place du Programme Porsche Tranquillité d'Esprit.

Votre santé et votre sécurité sont nos principales priorités et plus encore en cette période sans précédent. 

Avec notre Programme Porsche Tranquilité d'Esprit, vous recevrez la même qualité de service avec désormais, de nouveaux protocoles de sécurité pour que votre expérience soit aussi agréable que possible.

Il est demandé de respecter les mesures sanitaires de distanciation de 2 mètres. *Si d’autres publications demandent moins (ex.: 1 mètre), sachez que ces publications ne sont plus à jour.


Prendre un rendez-vous
Avis à notre clientèle - COVID-19

Porsche Québec a à cœur la santé de sa clientèle et de ses employés, c’est pourquoi des mesures additionnelles d’hygiène ont été prises afin que vous ne couriez aucun risque lors de vos visites chez nous, que ce soit dans notre salle de montre, au service ou ailleurs. Notre équipe se fera un plaisir de vous accueillir et de vous conseiller et ce, même s’il n’y aura pas de poignées de main. Nous demeurons ouverts comme à l'habitude, seule notre heure de fermeture le soir sera ramenée à 20h plutôt que 21h à partir de maintenant.

Si vous préférez demeurer chez vous, sachez que notre équipe est en mesure de répondre à toutes vos questions par courriel, téléphone et même ici sur Facebook. Il nous fera même plaisir de vous offrir un essai routier à domicile afin d'accommoder les gens qui doivent ou qui préfèrent rester à la maison par les temps qui courent.

https://www.facebook.com/PorscheQuebec/

Quelque réponses à vos questions. Intéressant

COVID-19 : GESTION DE LA FERMETURE DU SYSTÈME SCOLAIRE ET DES GARDERIES

Avec l’annonce de la fermeture des écoles et des garderies, des réponses trouvées à plusieurs questions.

Est-ce que un employé ayant des jeunes enfants est obligé de rentrer au travail lundi ?

La Loi sur les normes du travail prévoit qu’un salarié peut s’absenter du travail pendant 10 jours par année pour s’occuper de la garde de ses enfants. Ainsi, si aucune solution alternative n’est possible et qu’un parent doit rester à la maison avec ses enfants, ce dernier pourra s’absenter. Au-delà de ces 10 jours prévus à la loi, nous considérons qu’en raison des circonstances exceptionnelles, l’employeur n’a d’autres choix que de permettre l’absence du salarié.

Les employeurs doivent donc tenter de se réorganiser afin de maintenir les activités de l’entreprise en créant des alternatives comme en favorisant le télétravail si c’est possible. Dans d’autres cas, les différents quarts de travail ou l’assouplissement de l’horaire de travail peut également permettre une certaine latitude aux parents.

Par ailleurs, les employés doivent tenter de trouver des solutions à plus long terme si la situation venait à perdurer.

Notez que nous ne recommandons pas d’improviser un service de garde des enfants de vos employés sur les lieux de travail afin de respecter de l’esprit des directives gouvernementales.

Est-ce que cette absence doit être rémunérée ?

La Loi sur les normes du travail prévoit, depuis le 1er janvier 2019, que les deux premières journées d’absence pour cause de maladie ou d’obligation familiale, doivent être rémunérées. Dans les contrats de travail ou les conventions collectives, des congés mobiles, des congés de maladie ou autres congés peuvent être prévus.

Ainsi, au-delà de ces congés rémunérés déjà prévus, l’employeur n’a pas l’obligation de payer les salariés qui ne peuvent fournir leur prestation de travail.

Par ailleurs, le gouvernement du Canada a annoncé des mesures spéciales pour venir en aide aux travailleurs qui doivent subir des conséquences économiques de cette pandémie. Par exemple, le délai de carence de 5 jours prévu pour avoir accès à l’assurance-emploi est annulé. En outre, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il entend prévoir des mesures particulières pour les employés ou les entreprises qui peuvent avoir des problèmes de liquidité en raison de la crise du coronavirus.

Comment dois-je gérer le manque de travail ?

Il est inévitable que dans les prochaines semaines, l’achalandage des entreprises de commerce au détail sera affectée. Conséquemment, des mises à pied pour manque de travail pourront ou devront être émises par les employeurs pour assurer la pérennité de l’entreprise.

En milieu syndiqué, ces mises à pied doivent respecter l’ancienneté des employés. En milieu non syndiqué, l’employeur peut déterminer les employés visés par la mise à pied tout en exerçant ses droits de manière raisonnable. Ainsi, il pourra être pertinent d’organiser chacun des départements en fonction des absences des employés dû à l’isolement volontaire ou aux obligations familiales tout en tenant compte de la charge de travail et ainsi, déterminer les mises à pied nécessaires.

Un avis de cessation d’emploi doit-il être émis?

La Loi sur l’assurance-emploi prévoit que l’employeur doit compléter un relevé d’emploi lors d’un arrêt de rémunération. Ainsi, lorsqu’un employé doit s’absenter pour la garde de ses enfants, l’employeur doit compléter la cessation d’emploi.

Rappelons que le gouvernement du Canada a annoncé que les conditions d’admissibilité à l’assurance-emploi seront assouplies afin de permettre aux employés affectés par la situation actuelle de pouvoir y avoir accès plus rapidement et dès la première journée d’absence. Ainsi, nous sommes d’avis que la raison de l’arrêt de travail inscrite sur l’avis de cessation d’emploi devra refléter la réalité en y mentionnant la cause de l’arrêt, soit les obligations familiales.

La situation actuelle peut évoluer rapidement et nous vous tiendrons informés de l’évolution des évènements pouvant impacter vos activités. 

 

 

COVID-19 : GESTION DE des RESSOURCES HUMAINES

Lorsqu’une épidémie franchit les frontières pour atteindre un continent ou la planète dans son ensemble, celle-ci devient une pandémie. Ce phénomène n’est pas si rare même si le contexte actuel crée de nombreux précédents au niveau de la gestion des ressources humaines et des relations de travail. 

Dans une telle situation, il est essentiel d’être préparé et de ne pas agir sur le coup de l’émotion. C’est pourquoi nous tenons à vous rappeler cinq principaux éléments au niveau de la communication avec vos employés et collègues : 

  1. Analysez.Les choses peuvent évoluer rapidement et les employés s’attendent de leurs gestionnaires à ce qu’ils réagissent rapidement et prennent des décisions significatives. Il est recommandé d’éviter les processus de prise de décision trop complexes ou de céder à l’émotion ambiante. Néanmoins, il est essentiel d’écouter les préoccupations des employés ainsi que d’anticiper et de mesurer les impacts pouvant affecter votre entreprise. 
  2. Communiquez avec vos gestionnaires. (dans la mesure du possible considérant le contexte actuel), Il est primordial de demeurer calme et ambassadeur de l’entreprise dans un contexte où plusieurs céderont à la frénésie ambiante. 
  3. Communiquez avec vos collègues et employés. Tentez de comprendre les réalités individuelles de vos collègues et/ou employés (écoles et garderies fermées, possibilités de télétravail ou d’horaire flexible, maintien en emploi, etc.). Il est recommandé d’être simple, présent et de rassurer, et ce, sans faire de fausses promesses. 
  4. Poignée de main ou pas? Dans le contexte actuel, la plupart des clients seront frileux à l’idée d’une poignée de main d’emblée. Invitez vos clients et collègues conseillers aux ventes à être chaleureux et à s’intéresser véritablement aux clients en leur posant des questions agréables. Dans tous les cas, n’hésitez pas à rendre disponible du désinfectant pour les mains, autant pour les employés que pour les clients. 
  5. Santé et sécurité. Chaque employé se doit d’adopter les mesures requises pour protéger la santé et la sécurité de leurs collègues. En fonction de la réalité de votre milieu de travail, il est de votre responsabilité de vous assurer que les mesures d’hygiène et de prévention soient adéquates et qu’elles soient communiquées aux collègues.  À cet égard, nous vous recommandons d’aider votre employeur à s’assurer que la personne attitrée à laver les poignées de porte et tous les endroits régulièrement touchés par les gens soit sérieux dans sa tâche.

Nous souhaitons porter à votre attention un extrait des recommandations du Gouvernement Legault de sa conférence de presse du 12 mars dernier : 

M. Legault a tout de même assuré qu’au cours des prochains jours, le gouvernement du Québec annoncera des mesures pour venir en aide aux employés suite des répercussions du coronavirus. 



La situation évoluant très rapidement, nous tenterons de vous dresser des pistes de réflexions et des implications sur les décisions qui peuvent être prises dans les prochains jours. 



Employés qui reviennent de voyage : que doit-on faire ? 

Le gouvernement du Québec, dans sa conférence de presse du 12 mars, recommande aux personnes revenant d’un voyage à l’extérieur du pays ou ceux qui ont des symptômes s’apparentant à la grippe de se placer en isolement volontaire pour 14 jours. Ce n’est pas une obligation, mais une forte recommandation. L’employeur peut décider d’exiger l’isolement volontaire pour un employé revenant de voyage ou présentant de tels symptômes. 

Les recommandations sont d’exiger l’isolement volontaire pour les gens revenant de voyage depuis moins de 14 jours et pour ceux qui prennent la décision de partir à compter de maintenant. Bien évidemment, nous sommes conscients des impacts que ce genre de décision puisse avoir pour vos entreprises. Toutefois, il s’agit d’une mesure de prévention qui vise à ralentir la propagation de la maladie et pour protéger la santé et la sécurité de vos collègues, de vos employés et de vos clients. 

Un employés en isolement volontaire doit-il être rémunéré? 

Actuellement, l’employeur n’a aucune obligation de rémunérer un employé en isolement volontaire ou en arrêt de travail en lien avec le COVID-19 sous réserve des lois et conventions applicables. En effet, la Loi sur les normes du travail prévoit, depuis le 1er janvier 2019, que les deux premières journées d’absence pour cause de maladie ou d’obligation familiale doivent être rémunérées. Dans les contrats de travail ou les conventions collectives, des congés mobiles, des congés de maladie ou autres congés peuvent être prévus. 

Le gouvernement du Canada a annoncé des mesures spéciales pour venir en aide aux travailleurs qui doivent subir des conséquences économiques de cette pandémie. Par exemple, le délai de carence de 5 jours prévu pour avoir accès à l’assurance-emploi est annulé. Par ailleurs, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il entend prévoir des mesures particulières pour les employés ou les entreprises qui peuvent avoir des problèmes de liquidité en raison de la crise du coronavirus. 


Quelles sont les recommandations pour les personnes en isolement volontaire ? 

Nous sommes d'opinion que les personnes se plaçant en isolement volontaire devraient rester à domicile à moins d'une urgence.  À cet effet, nous sommes actuellement en discussion avec les autorités afin que cet élément soit davantage précisé. 

Que doit-on faire si un employé a des symptômes ? 

Comme vous le savez, les symptômes du COVID-19 sont similaires aux symptômes de plusieurs autres maladies. Nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et la sécurité de nos collègues et clients. Conséquemment, vous devez faire preuve de prudence dans la façon dont vous traitez cette situation.  

Nous considérons que l’employeur peut exiger d’un employé qui présente des symptômes et qui a voyagé récemment, qui aurait pu être en contact avec des personnes ayant voyagé ou contracté le virus, d’exiger le retrait immédiat de l’employé et de lui exiger de contacter le 1 877 644-4545 afin qu’il soit évalué. Si les intervenants de la santé considèrent que cet employé n’est pas à risque et n’a pas à se soumettre à des tests de dépistage, il pourra revenir travailler. S’il doit subir un test de dépistage, l’employé pourra revenir travailler sur présentation d’un résultat de test négatif ou d’un certificat d’aptitude au travail. Encore une fois, l’employeur n’a aucune obligation de rémunération sous réserve des lois applicables et décrites précédemment. 

L’employeur doit être très vigilant dans l’application des mesures et doit s’assurer de les imposer de manière raisonnable.  

Il est important de savoir qu’une personne soupçonnant être porteuse du virus ne peut se présenter dans un hôpital ou une clinique afin de faire un test de dépistage sans avoir préalablement appelé le 1 877 644-4545.

Est-ce que les employés peuvent refuser de rentrer travailler ? 

Dans la situation actuelle, nous sommes d'opinion que la CNESST ne devrait pas autoriser de retrait préventif à moins qu'une personne contaminée soit maintenue dans l'organisation. 

La situation actuelle peut évoluer rapidement et nous vous tiendrons informés de l’évolution des évènements pouvant impacter vos activités. 

 

SITUATION ÉCONOMIQUE INCERTAINE : ON INVITE À LA PRUDENCE

Tel que vous le savez, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré mercredi dernier que la situation de la COVID-19 en est une de pandémie. En date d’hier, le premier ministre du Québec exprimait différentes directives, dont l’interdiction de tout rassemblement de plus de 250 personnes ou qui ne sont pas nécessaires et l’isolement volontaire des personnes qui reviennent de l’étranger ou qui présentent des symptômes associés à la grippe ou au rhume. Cette situation, qui pourrait durer plusieurs mois, aura certainement des répercussions sur l’achalandage et pourrait augmenter le risque financier d’une entreprise. Dans ce contexte, les employeurs sont invités à faire preuve de la plus grande prudence dans les décisions qui touchent leurs opérations.

La situation évoluant de jour en jour, voire d’heure en heure, nous vous tiendrons informés de nos recommandations par infolettre sporadiquement et lorsque requis.

Maladie à coronavirus (COVID-19) : Comment s’isoler chez soi en cas de COVID-19

Vous isoler signifie rester à la maison lorsque vous êtes atteint de la maladie à coronavirus (COVID-19) et éviter tout contact avec d’autres personnes afin de prévenir la propagation de la maladie à d’autres personnes de votre foyer et de votre communauté.

Si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19, vous devez prendre les mesures suivantes.

Limiter les contacts avec d’autres personnes

  • Ne sortez pas de chez vous sauf en cas d’absolue nécessité, par exemple pour obtenir des soins médicaux.
  • N’allez pas à l’école, au travail, dans d’autres lieux publics ou n’utilisez pas les transports publics (comme les autobus et les taxis).
  • Prenez des dispositions pour que votre épicerie et vos fournitures soient déposées à votre porte afin de limiter les contacts.
  • Restez dans une chambre séparée et n’utilisez pas la même salle de bain que les autres membres de votre famille, si possible.
  • Si vous devez être en contact avec une autre personne, gardez une distance d’au moins deux (2) mètres entre vous et elle. Veillez à ce que les interactions soient brèves et portez un masque.
  • Évitez tout contact avec des personnes atteintes de maladies chroniques, des personnes dont le système immunitaire est affaibli et des personnes âgées.
  • Évitez le contact avec les animaux domestiques si vous vivez avec d’autres personnes qui pourraient également les toucher.

Gardez vos mains propres

  • Lavez-vous souvent les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes, et séchez-les avec des serviettes en papier jetables ou des serviettes sèches réutilisables, que vous remplacerez lorsqu’elles seront mouillées.
  • Vous pouvez également enlever la saleté avec une lingette humide, puis utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool.
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche.
  • Toussez ou éternuez dans le pli de votre bras ou dans un mouchoir en papier.

Éviter de contaminer les objets et surfaces communs

  • Au moins une fois par jour, nettoyez et désinfectez les surfaces que vous touchez souvent, comme les toilettes, les tables de chevet, les poignées de porte, les téléphones et les télécommandes de télévision.
  • Ne partagez pas d’objets personnels avec d’autres personnes, comme des brosses à dents, des serviettes, de la literie, des ustensiles ou des appareils électroniques.
  • Utilisez des désinfectants ménagers ordinaires ou de l’eau de Javel diluée (1 part d’eau de Javel et 9 parts d’eau) pour désinfecter les objets et les surfaces.
  • Placez les articles contaminés qui ne peuvent pas être nettoyés dans un contenant doublé de plastique, fermez bien le contenant et jetez-le avec les autres déchets ménagers.
  • Fermez le couvercle de la toilette avant de tirer la chasse d’eau.

Prenez soin de vous

  • Surveillez l’évolution de vos symptômes selon les instructions de votre fournisseur de soins de santé ou de l’autorité de santé publique.
  • Si vos symptômes s’aggravent, contactez immédiatement votre fournisseur de soins de santé ou votre autorité de santé publique et suivez leurs instructions.
  • Reposez-vous, adoptez un régime alimentaire équilibré et restez en contact avec les autres au moyen d’appareils de communication.

Fournitures à avoir chez soi pendant l’isolement

  • Masques chirurgicaux/opératoires (ne pas réutiliser)
  • Protection pour les yeux
  • Gants jetables (ne pas réutiliser)
  • Serviettes de papier jetables
  • Mouchoirs de papier
  • Poubelle avec doublure de plastique
  • Thermomètre
  • Médicaments en vente libre pour réduire la fièvre (p. ex. ibuprofène ou acétaminophène)
  • Eau courante
  • Savon pour les mains
  • Désinfectant à base d’alcool pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool
  • Savon à vaisselle
  • Savon à lessive ordinaire
  • Produits d’entretien ménager ordinaire
  • Eau de Javel (hypochlorite de sodium à 5 %) et contenant distinct pour la dilution (1 part d’eau de Javel et 9 parts d’eau)
  • Lingettes imprégnées d’alcool
  • Prenez des dispositions pour faire livrer votre épicerie

Nous pouvons tous contribuer à prévenir la propagation de la maladie à coronavirus.